Qu’est-ce que cela signifie d’être vert ?

Aujourd’hui, nous accueillons Joseph Kennedy, rédacteur spécialisé en environnement, pour son premier article sur Green Coworking Europe. Dans cet article, Joseph explorera sous différents angles la question « Que signifie être vert ? ».
N.B. : cet article est une traduction en français de l’article écrit par Joseph (pour la version originale en anglais, cliquez ici).

Pour une personne à l’esprit ouvert, être vert signifie garder la Terre et sa santé dans ses pensées, prendre des décisions durables et éviter d’en choisir de néfastes, réduire son empreinte carbone, ajuster ses habitudes et ses idées préconçues, et essayer d’avoir un impact plus positif tout au long de votre vie.

Entreprise verte ?

Vous avez probablement remarqué que le monde des affaires a commencé à évoluer et à se mettre réellement à intégrer le développement durable et la pensée verte au cœur de ses préoccupations. Les grandes organisations procèdent régulièrement à des évaluations du cycle de vie et soulignent les points relatifs à l’amélioration de la santé des personnes et de la planète lors des réunions de leurs conseils d’administration. Les investisseurs recherchent des idées durables, des idées qui résisteront à l’épreuve du temps, qui éviteront un examen éthique et qui peuvent offrir des solutions respectueuses de l’environnement.

Du coup, il existe un potentiel pour que les choses soient à la fois vertes et très rentables. Il suffit de regarder les énergies renouvelables, les bioproduits, le recyclage en masse et les régimes alternatifs.

Quel était le problème avec l’ancienne méthodologie ?

La dernière génération a déboisé pour construire des maisons et des meubles. Ils ont élevé des animaux pour les vendre comme nourriture. Ils ont défriché des terres pour les faire paître. Et ils ont élevé des usines qui polluent l’air. Nous ne devrions pas les blâmer ni les embêter, car ils ignoraient souvent les dommages et ne faisaient que ce qui était considéré comme ayant réussi dans le cadre de ce modèle économique. La nouvelle génération espère mieux, et nous savons que certaines activités, celles qui contribuent au réchauffement de la planète, à la pollution, à la mise en danger des animaux, à la déforestation, etc. doivent être ralenties, arrêtées et inversées.

Pour être vert, il faut reconnaître les choses qui ne sont pas vertes. Nous devons apprendre des erreurs afin de trouver le bon chemin et les meilleures pratiques. La conscience accrue que nous avons maintenant n’aurait pas pu être atteinte si nous n’avions pas souffert et expérimenté directement des problèmes environnementaux et si nous n’avions pas trouvé les relations scientifiques. Pour les entreprises, le point de départ est d’essayer de trouver un moyen de résoudre les problèmes qu’elles créent pour l’environnement.

be green
Ces grenouilles ne sont pas aussi vertes qu’elles le paraissent. Pouvons-nous continuer avec la méthodologie « n’entends pas le mal, ne voies pas le mal, ne dis pas le mal » ? Je ne pense pas, car l’environnement ne peut pas parler pour lui-même. Nous devons devenir verts et nous unir à l’environnement.

Que font certaines personnes et industries pour être vertes ?

Certaines des plus grandes marques et pollueurs du monde ont considérablement progressé ces dernières années pour réparer leurs dommages. Ils sont passés à des sources d’énergie alternatives, comme les biocarburants et l’éolien. Ils ont investi dans des flottes de voitures électriques dotées de capacités de charge solaire. Ils ont rendu leurs produits éco-efficients. Ils ont intégré des matériaux recyclés et ont rendu leurs propres produits recyclables. Ils ont parcouru les chaînes d’approvisionnement pour améliorer l’efficacité des produits, des services et de la logistique. Ils ont envisagé de réduire leur empreinte carbone et la pollution atmosphérique. Ils ont commencé à résoudre des problèmes au lieu de les créer. Ils sont revenus à la planche à dessin et ont demandé : « Quels produits devrions-nous fabriquer ? », « Comment les emballer ? » et « Quels matériaux sont réputés être amicaux ? »

Qu’en est-il de la population en général?

Pour le citoyen en général, être vert est un concept différent. Les entreprises essaient de vendre quelque chose, alors que les citoyens en général sont ceux qui décident en permanence de ce qu’ils achètent, des moyens de se déplacer et de ce qu’ils font de leur temps.

Si vous deviez demander à une personne très verte des conseils sur des choses que vous pourriez faire, des changements immédiats pour être plus vert, leurs conseils pourraient ressembler à ceci :

  • Économisez l’énergie. Abaissez votre thermostat, achetez des ampoules LED, débranchez les appareils électriques, lavez les vêtements à une chaleur moins élevée, utilisez un étendoir au lieu d’un sèche-linge.
  • Économisez l’eau. Prenez des douches plutôt que des bains, prenez une pomme de douche à débit réduit, modifiez votre façon de faire votre jardinage.
  • Marchez ou faites du vélo. Laissez la voiture à la maison si vous le pouvez ou prenez les transports en commun pour partager votre empreinte carbone avec les autres passagers.
  • Manger différemment. La viande a une empreinte carbone élevée, essayez donc d’en consommation moins. Achetez des aliments locaux et biologiques.
  • Évitez les produits chimiques. Les produits chimiques de nettoyage sont évitables. Vous pouvez créer des solutions domestiques avec du vinaigre, du citron et du bicarbonate de soude.
  • Achetez en masse. Un emballage plus gros est préférable car le rapport au contenu est plus élevé. Achetez des articles durables ou concentrés par exemple pour le liquide vaisselle.
  • Apprenez à emprunter ou à acheter d’occasion. Empruntez auprès de vos amis et de votre famille, de bibliothèques ou d’un proche. Vous n’avez pas toujours besoin de nouveautés, il existe d’excellents produits dans les boutiques caritatives et dans les annonces locales.
  • Dites non aux bouteilles en plastique, sacs en plastique, pailles en plastique et articles avec des micro-billes.
  • Réparez et réutilisez. Essayez de réduire le gaspillage de nourriture, de vêtements ou de technologie. Les restes de nourriture peuvent faire des soupes, les vêtements usés peuvent être réparés ou utilisés comme torchons, et la technologie peut souvent être réparée ou récupérée.

Il y a beaucoup plus de façons de vivre vert, mais ce sont quelques-unes des meilleures idées de base. Alors, la prochaine fois que quelqu’un vous demandera « Qu’est-ce que cela signifie d’être vert ? », vous avez maintenant des munitions, tant du point de vue professionnel qu’individuel.


Merci Joseph ! Nous espérons te relire ici bientôt !

Et vous, chers lecteurs : qu’est-ce que cela signifie pour vous d’être vert ? Dites-nous en laissant un commentaire.

Et enfin, pour ceux d’entre vous qui apprécient le style de vie nomade numérique ou géo-indépendant et qui sont intéressés à partager des idées et des connaissances sur ces sujets écologiques, consultez la « non-conférence pour nomades numériques verts » que nous organiserons du 21 au 24 mars 2019. à Jávea (Espagne). Et Joseph vient de confirmer qu’il sera là ! Y serez-vous aussi ? Réservez ici ! 🙂

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

By continuing to use the site, you agree to the use of cookies. Plus d'infos

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Fermer